vendredi 9 septembre 2011

Après Welloune...


Nous avons quitté Tantras pour gagner péniblement Welloune après plusieurs incidents sur la route. Il apparait clair qu'une force Zhent cherche à nous pousser dans une certaine direction et que nous sommes sans doute accusés de la mort de certains représentants de la garde d'Eau-Profonde.
J'ai aimé la ville de Welloune et ses mystères.
Je n'ai pas aimé être agressé, avant, par des créatures invoquées par Myrkul, mais c'est le lot de ce que nous sommes. C'est le lot.
J'ai la tête un peu trouble... J'ai des images qui se superposent. Peut-être que je couve quelque chose. Peut-être que d'autres portes vont s'ouvrir.
Bref, si sur Welloune, nous avons rencontrés des gens qui pourraient devenir de bons alliés : le Seigneur Sarp, obligé par contre de nous exiler de la ville après la mort du propriétaire des écuries ; Bart, jeune ogre mage disparu en compagnie de Harandave Donohar, grand prêtre de Chauntea ; Norris Ethel et son compagnon, l'homme ombre, prisonniers du temps dans une maison qui est réapparue après 60 années de disparition, Norris est la grande-tante de Sarp BarbeRouge le seigneur actuel.
J'ai la tête comme si tout ce que j'avais vécu était déjà si loin. Si loin, le voyage catastrophique en mer et Umberlie et ses forces qui se déchaine sur nous. Si loin les deux braves débiles qui partent piller des épaves... Si loin cette vie, dans le futur, où je ne savais pas qui était ma mère et où je te parlais à toi mon oncle ou à mon double du futur...
J'ai peur de la suite des événements.
Pas peur dans le sens "perdre la vie au cours d'une confrontation". Non, simplement peur parce que j'ai parfois cette sensation que nous n'allons pas forcément dans la bonne direction...
Et surtout, je ne sais pas quelle frontière traverser : celle d'un monde nouveau où tout pourrait changer ou celle d'un monde stable, tel que je l'ai toujours connu.
Le chaos qui m'a habité un moment, le temps que j'étais Ulgon est toujours là, insidieux...
Quel est ce vent qui ronge les artères ? Ce vent glacé ?
Le souffle de Myrkul est sur nous. Le souffle du Zhentarim... L'ire des familles qui ont perdu des proches à Valombre.
Et nous ? Que sommes-nous ?
Le vent me glace le sang. Je gêle. Mes compagnons, aussi, semblent geler.
Bientôt nous ne serons plus que des statues de glace si le vent continue comme ça...
Des statues de glace prisonnières à l'intérieur de nos propres corps... Car ce n'est pas tant nos corps qui se glacent que nos âmes... Quelqu'un a déjà tant fait pour nous nuire. Quelqu'un a déjà peut-être tout prévu depuis le départ... Et si nous n'étions que des pions d'une route déjà dessinée depuis longtemps ?
J'ose espérer que nous ne sommes que des agents d'Ao. Si tant est que telle chose puisse exister.
Mais plus je pense à ce que nous sommes, plus je ne peux m'empêcher de nous voir comme des anges...
Déchus pour l'instant.
Bien sûr...

Notes techniques...

Welloune, les personnages sympathisent pas mal avec quelques personnages et découvrent le secret de Norris Ethel la grande-tante de Sarp BarbeRouge, prisonnière du temps avec son époux "l'homme ombre".
Les principaux pnjs rencontrés :
Le propriétaire du moulin : Leahon Woumar F1, CG bon raconteur de rumeurs et excellent joueur de dés.
Le seigneur Sarp qui a chargé les personnages d'enquêter sur la maison de sa grande tante ayant disparu il y a 60 ans puis étant réapparue au début du temps des troubles... Une maison hors du temps ou presque...
Le grand prêtre de Chauntéa : Harandave Donohar C16 NG (qui aura fui une attaque Zhent et aura été chargé de l'éducation de Bart)
Bart, le jeune ogre mage (CG) qui se fait passer pour un nain. Par une étrange coïncidence (mais en est-ce une ?), il porte le même nom que le compagnon disparu d'Andras Mâche-Fer. Ce dernier a disparu par pliure dimensionnelle avec Harandave lors de l'incendie du temple de Chauntéa.
Sendever, propriétaire des écuries, assassiné avec une accusation qui pèse sur les lames de l'aube.
Dunlath Darspur et sa grand-mère, le premier est forgeron, la seconde a vu la maison de la grande tante Sarp disparaître dans le passé.
Castor et Pollux, deux jumeaux à dos de mulet, partis piller les vaisseaux échoués sur la grève.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire