vendredi 23 septembre 2011

Sur les tumulus


Sur les tumulus...
Je me pose. Dans le corps de cette femme, dans le corps de cette femme, dans le corps de cette femme qui fut mienne, dans le corps de cette femme qui sera déesse dans la magie, dans le corps de cette femme dans lequel je me suis dissous tout à l'heure, dans le corps de cette femme qui transforme à jamais ce que je suis...
Qui je suis ?
Qui ?
Les derniers jours ont été très rudes. Nous avons certes été épargnés par la magie du chaos mais il n'empêche...
Un arrêt du temps, les échos des destinées, je plonge dans Minuit, Garresh plonge dans Kelemvor, Rayan devient Aaris et Alice habite Rojé.
Au loin, dans le brouillard du temps, Aaris vient de nous donner une autre chance, celle de ne pas trop nous dissoudre dans les corps que nous empruntons...
Nous chevauchons, longeons la forêt du Roi.
Les hommes de Cyric nous repoussent vers le Nord. On découvre un village hobbit détruit et dû combattre des griffons. Les hobbits mâles du village, peut-être sous les ordres de leur vieille volent nos affaires. Leurs traces sont faciles à suivre pour un barbare... Nous découvrons des pauvres hobbits affamés, ils ont brûlé le livre de magie de Minuit... Le corps que j'habite est affolé mais je sens que Minuit leur pardonne.
Un hobbit du nom de Faufile Partout (Sneakabout) décide de nous accompagner. Apparemment il s'est fait voler une épée qu'il compte récupérer.
Dans le village de Soir Étoile, un peu plus tard, je rencontre Cyric qui essaie de convaincre Minuit de venir avec lui. Il nous dit que Bhaal est libéré et à nos trousses, que les sbires de Myrkul le sont aussi et qu'ensemble nous pouvons régner. Je sens Minuit qui ne peut pas s'empêcher de penser qu'on peut encore sauver Cyric. Mes compagnons n'ont pas le temps de mettre sur la tête de Cyric que nombre de ses hommes attaquent l'auberge où nous nous trouvons - la chope solitaire. Le propriétaire, un guerrier rangé des armes s'appelant Dunman, retient les zhentarims pendant que nous fuyons. Ce brave homme nous a aussi donné un moyen d'invoquer l'aide des chevalier pourpres, en donnant le nom du roi...
La fuite vers le passage de Haute Corne nous fait rencontrer une compagnie dirigée par un certain Tharsar Immerlund... Je n'en parle pas à mes compagnons, mais je ressens le fait qu'il échappera à un terrible carnage qui va arriver bientôt. Un carnage qui va changer sa vie à jamais et lui donner une quête pour lutter contre le mal, le faisant peut-être accéder à un haut niveau dans une organisation comme les ménestrels.
Le brave capitaine nous conduit jusqu'au fort de Haute Corne où nous sommes reçu relativement en grande pompe par le haut commandeur Kae Deverell. Un type assez porté sur la bouteille qui ne s'inquiète pas de la disparition de quatre de ses hommes au cours de la soirée. Un type bien connecté en tout cas, car il est certain qu'il doit connaître nombre de gens à la cour.
La nuit... La nuit est agité... Le seigneur Bhaal en personne s'est en effet introduit dans le fort et a fait un carnage pour arriver jusqu'à notre étage...
Mes compagnons se lancent dans la bataille, Rojé particulièrement se montre efficace et Adon ne manque pas de courage. Kelemvor, lui, reste en arrière pour me protéger et constate que sa télépathie - enfin celle de Garresh - ne fonctionne pas bien sur l'avatar... Mes compagnons parviennent à tuer l'avatar mais aussitôt celui-ci se réincarne dans le corps d'un soldat décédé, en pleine santé, aussi fringuant que s'il n'avait pris aucun coup. Faufile Partout parvient à faire écrouler un étage, la tour est munie d'un système de défense ingénieux pour se débarrasser de certains assaillants... Bhaal s'écroule sous les décombres... Pas bien longtemps. Son bond monstrueux nous surprend après qu'il ait dû s'énerver à cause d'une réflexion de Rojé mais un deuxième étage s'écroulera sur lui et là... et là, moi qui étais absent pendant le combat, qui ouvrait mes portes à l'univers, je ne sais pas, j'ai senti Minuit incanter un sortilège bien au-dessus des capacités que je lui croyais pour emprisonner Bhaal dans l'ambre.
Une victoire.
Sur un dieu.
Une bonne victoire parce que le tuer aurait impliqué une explosion telle qu'elle aurait ravagé presque tout sur des centaines de mètres à la ronde.
Une victoire en utilisant la magie que Minuit semble maintenant pouvoir utiliser de manière universelle. Il lui suffit de se concentrer une vingtaine de secondes sur un sort et celui-ci lui apparaît en mémoire. Bon certes, elle n'a qu'un sort en mémoire, mais elle n'a du coup plus besoin du tout de livre... Etonnant.

Le lendemain le haut commandeur Deverell nous offre des postes de capitaines pour Haute-Corne et tient à s'assurer que nous ne partirions pas seuls sur une partie de notre voyage. Il nous confie aussi le capitaine Lunt et une cinquantaine d'hommes. Un homme avisé ce Lunt. Il n'a pas hésité à demander à Rojé ou Kelemvor de former ses hommes, reconnaissant en eux des meilleurs combattants que lui.
Les nouvelles sont celles-ci lorsque nous partons : une quarantaine de hobbits à la poursuite d'une grosse trentaine de zhentarims... Des orques, des hommes lézards égaillés un peu partout sur notre chemin. Peu de nouvelles de la tribu Ogre Mage que dirige Groluk, le père de Garresh, par contre.
Accompagnés par la cinquantaine de gardes pourpres, nous n'avons pas à faire de rencontres trop dangereuses...
Il y a Griffe (mais j'aime bien l'appeler Gorge) profonde, un dragon de bronze fusionné par magie avec un dragon rouge... Les parties mortes du dragon rouge flottaient dans un nuage rouge dans le ciel... Minuit passe un marché avec le dragon, lui promettant de l'aider à retrouver son intégrité en échange de ce qu'il y aura dans le nuage.
Il y a des tribus d'hommes lézards, dont une troupe dirigée par deux géants parmi eux. Mais ils comprennent qu'ils ne peuvent pas l'emporter contre nous.
Nous découvrons aussi le cadavre de Groluk, visiblement sacrifié par sa tribu. Mes capacités de psychométrie ou de médium me montrent que les choses ne sont pas aussi simples qu'il n'y parait et les sorts lancés par Minuit m'apprennent qu'il y a eu une sorte d'étranger, sans doute adepte de l'élogieux qui est venu dans leur tribu. Je gage que ce dernier a offert des possibilités à Groluk et que ce dernier a sans doute vu son âme être transférée dans le corps du deuxième chef de la tribu, un chef plus jeune, plus vigoureux... pour lequel les adversaires de Groluk n'ont aucun ressentiment.

Nous arrivons enfin aux tumulus. Là, nous affrontons des sbires du seigneur Myrkul qui cherchent à enlever Minuit. Des cibles faciles pour nous maintenant. Mais elles sont une vingtaine et le combat est rude même s'il est grandement facilité par la présence des gardes pourpres. Plusieurs d'entre-eux perdent la vie. Ils ne seront sans doute pas les seuls cette nuit là.
Nous nous demandons d'où viennent les squelettes qu'a invoqué Myrkul et décidons d'explorer un tombeau ouvert situé non loin du camp. La magie de Minuit et les talents de Sneakabout, ainsi que la capacité de détecter les illusions de Rojé, nous permettent d'éviter les pièges du tombeau et de tomber nez à nez avec Alice, ou du moins la liche d'Alice, fabriquée sans doute à partir de son clone.
Le deuxième de nos doubles que nous rencontrons. Elle sait que son destin était de se réveiller ici et d'affronter les originaux. Mais elle ne sait pas que nous ne sommes pas dans le corps des originaux. Elle ne sait même pas qui nous sommes.
Adon, sans doute possédé un peu par l'esprit de son anneau, essaie de détruire les objets possédés par Alice, fascinante dans la splendeur de sa non vie.
Et là, et là, et là...
S'ensuit un combat épique, forcément. Sans Sneakabout, incapable de rester en face de la créature et sans moi sur le début, c'est que ce n'est pas facile d'invoquer le sort qui convient.
Adon est presque tué lorsque l'équipe décide de fuir et de bondir au-dessus du fossé chargés d'illusion derrière lequel se trouve Alice. Mais cette dernière n'est pas prête à rompre les hostilités et le combat recommence de plus belle.
Kelemvor parvient à rendre débile la liche qui n'a plus comme tactique de combat que de toucher ses adversaires ou de les foudroyer avec sa baguette.
Rude lutte, très rude lutte. Je perçois aussi pendant cette lutte le secret qui ronge le cœur de Garresh depuis quelques temps. Mais je le tiens secret, même dans ces lignes, car je sais qu'elles sont perçues par tous mes compagnons.
Lorsque Kelemvor et Rojé sont paralysés, Minuit doit invoquer un sort pour les libérer. Ça marche, forcément. Minuit n'a plus de limites. Le bâton d'annulation pour détruire le phylactère de la liche qui est soit son diadème, soit un de ses bracelets. Voilà un autre des objectifs majeurs dans ce combat.
Minuit n'a plus de limites... Tu parles, elle en a une... Lorsque la liche récupère son intelligence, elle lance un sort de mort qui cible Minuit, Adon et Rojé et tue mes deux camarades... et Minuit ne peut rien y faire. Rien. Elle a survécu parce qu'elle a quelque chose en plus qu'Adon et Rojé. Mais il ne lui reste plus que sa dague pour affronter la liche en compagnie de Kelemvor. Et lorsque que Kelemvor manque à son tour d'être paralysé, il n'y a plus qu'un coup de dague porté sur le phylactère, le véritable phylactère - pas le faux, détruit par Adon - qui permet de tuer la liche Alice.
Deux morts. Kelemvor / Garresh est en pleur. Il montre l'endroit, mentalement, où Minuit pourrait chercher les clones de nos compagnons. Les clones de nos compagnons, oui, pas ceux d'Adon, d'Ulgon, de Minuit ou de Kelemvor... Aaris a pourvu, en compagnie certainement de la liche qui a créé nos clones, à leur transformation.
Minuit, presque sans moi à l'intérieur, se téléporte dans la salle des clones.
Kelemvor laissé seul, déchiré par son secret manque de se suicider. C'est peut être le lien mental entre lui et Minuit qui lui sauve la vie quand il est rassuré sur la résurrection de mes compagnons...
Tant de choses, sans que Kelemvor / Garresh ne s'en rende compte, sont échangés. J'ai dû faire appel à Minuit si souvent dans ce combat que je suis dissous.
Je ressens à peine Minuit réveiller les corps d'Alice et de Rayan. Les corps qu'ils se sont choisis lorsque nous avons fait ce rêve dont j'ai oublié de parler un peu après que Aaris nous ait changé.
Ce rêve, les marais... Aaris qui nous demande qui nous sommes. Il est comme cet esprit des ancêtres que vénèrent les shamans. Peut-être même en est-il un. Me vient l'idée que peut-être les shamans n'ont pas leur pouvoir autant affecté que ceux des prêtres pendant les rêves...
Qui voulez-vous être nous fait-il ? Il y a ces clones, ces clones de vous qui peuvent être changés, par l'intermédiaire de rituels que je ne comprends pas bien au départ jusqu'à ce que je me rende compte que c'est moi qui vais les lancer. Je l'avais oublié. C'est ma magie, canalisée par celle d'Aaris qui a provoqué le changement. Enfin ma magie, celle de Minuit, bien sûr...
Dans les marais, en face de la vérité, Rayan souhaite devenir un barbare, mais pas n'importe lequel, un barbare du Nord, un de ces élus qui ne reconnaissent pas la Magie et développent tant leur corps.
Garresh signifie qu'il veut simplement redevenir un prêtre-guerrier. Plus qu'un preux. Les armes et la guerre.
Alice, elle, parle de Magie et de pouvoir de l'Esprit. Son ouverture aux pouvoirs psioniques dans le corps de Minuit ou de Rojé lui a fait envie.
Et moi, dans les brumes dans lesquelles je suis, Minuit choisit pour moi... Je ne peux pas être Paladin pour l'instant, je n'ai pas la moralité suffisante, ça sera guerrier. Je peux cependant être un moine, mais dans l'aspect religieux de la chose... Je peux aussi être un Mage, bien sûr, ouvert aux portes de la chronomancie et il est hors de question pense-t-elle que j'abandonne la voie du psion que je maîtrise parfois de manière innée grâce à mes talents de médium... Une longue route, quatre chemins. Quatre sang aussi. Sang-de-Lune.
Minuit téléporte Alice et Rayan dans le tumulus. Rayan se fera passer pour Rojé, qui a un peu changé et Alice se fera passer avec un chapeau générant des illusions pour Adon. Et le tour sera joué auprès du capitaine Lunt.
Brave capitaine.
Il ne sait pas ce qui l'attend. Il aura la charge de remettre en place Haute Corne.
Après avoir fouillé le tumulus, nous avons dormi dans la plaine et j'ai rêvé de ce qui se passait à Haute-Corne. Bhaal sort de sa prison d'ambre et massacre tout le monde. Passé très proche, présent ou futur immédiat... je ne sais...
Je suis brouillé. Tant de choses, Minuit si présente... Et puis il y a l'autre tumulus, celui juxtaposé à celui d'Alice dans lequel il y avait le tombeau de Garresh liche. Son crâne gisait au sol, après un gisement de terrain. Son phylactère, lui, n'a pas dû être détruit et a dû formé la base de "l'étranger" qui a investi la tribu de Groluk, le père de Garresh.
Lunt devra bientôt poursuivre les Zhentarims qui rôdent, organiser ce qui reste à organiser au fort.
Et puis il y a Lowis, ce jeune page qui s'est pris d'affection pour nombre d'entre-nous. Il fait partie d'une riche famille du Cormyr, les Emmarask, des spécialistes de la politique qui ont su placer l'un des leurs, Alaphondar, comme le plus grand sage du Cormyr. Lowis a désobéi aux souhaits de son père. Il veut connaître le bas de l'échelle et monter en grade dans les gardes pourpres. Il ne veut pas être au-dessus de ses camarades. Et pourtant... je l'ai vu mettre l'anneau qui était au doigt d'Adon. Un anneau qui est censé avoir été téléporté par un trou magique dans le tumulus d'Alice - je ne m'étendrai pas sur la nature de ce trou. Lowis sera le propriétaire de cet anneau. Assurément.
Le soleil s'est levé.
Bhaal est à nos trousses, Cyric et des troupes zhents nous guettent, des hommes lézards nous tomberont dessus si nous ne sommes pas discrets, une tribu d'ogres mages est en route pour tuer ou célébrer l'avatar du dieu des ogres ou d'un dieu lui ressemblant.
Et là, dans les dernières brumes de la nuit qui disparaît, au-dessus des tumulus, nous voyons fondre sur nous un troupeau de vaches cannibales volantes.
Ça pourrait paraître ridicule, pas vrai ?
Mais qu'est-ce qui ne l'est pas depuis que la magie est devenue folle et que les dieux foulent le même sol que nous ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire