mercredi 7 mars 2012

Paradis.


Bataille...
On se rapproche de la bataille, des elfes noirs meurent atrocement, le cerveau sucé de l'intérieur ? non... plutôt les tripes à l'air, les os brisés... Les flagelleurs mentaux s'en donnent à cœur joie, prédateurs prenant plaisir à dévorer leurs proies...
J'essaie de soigner un elfe, avec mes capacités naturelles, pas mon imposition, elle ne marche plus que sur mes amis, le terrible cadeau d'Asmodée.
On combat vaillamment contre un illithid, le chant d'Arthur, la rage et la détermination et mes capacités de chatier un adversaire me permettent de le toucher plusieurs fois, Sigmund lache quelques missiles magiques, le pauvre blaireau de Jorus et l'élémentaire qu'il a invoqué sont des adversaires trop faibles mais au moins me permettent-ils de coincer le monstre blessé. Arthur disparaît soudain, victime d'une peur du combat provoquée par l'illithid qui lui montre ses amis commes des elfes noirs. Au loin, j'aperçois l'ange qui se fait blesser et tombe. Je fonce au milieu des illithids pour tenter de l'aider. L'ange lâche une explosion de lumière en manquant mourir et tue ce qui reste d'adversaires ainsi que le pauvre blaireau de Jorus. Etrange, je n'ai jamais connu le nom de son animal, j'espère qu'il saura vite retrouver un compagnon. Agonisant, l'ange me fait promettre de rapporter la couronne. Il me promet également de nous aider. Nous pillons un peu ce que nous pouvons sur les cadavres des elfes noirs, c'est que la sortie de l'Ombre-Terre risque d'être compliquée... Nous revenons vers l'ange.
Une grande lumière nous saisit. Inconscience....
Nous nous retrouvons ailleurs. Jorus et Arthur se réveillent avant moi. Nous sommes tous habillés en toge... Les ruines et les bâtiments autour de nous sont mangés par la végétation, de tous les arts raciaux mais il n'y a aucune image divine.
Les colonnes sont très belles, imprégnées de différents styles : humains, elfes, chélaxiens...
Sigmund suggère que ça pourrait être les ruines du Magisterium...
Il apparaît à Arthur que sa musique est corrigée...
Jorus sent que le contact avec les esprits est plus distant...
Le paysage est magnifique. Le climat est idéal. Il y a des baies, des fruits, des tubercules...
Je tente des arts martiaux, les mouvements sont plus coulés... et je les fais plus facilement que d'habitude.
Des chemins indiquent que la vie a cours en cet endroit...
Sigmund s'habitue plus vite que nous, à l'ambiance de l'endroit... Il est carrément « connecté » à quelque chose lié à son essence draconique.
Nous rencontrons un indigène qui nous dit qu'on est sur Herméa... Il parle de celui qui protège l'île - « il ».
« Il » a demandé à ne pas nous déranger. « Il » nous observe.
Richard s'appelle l'homme. Nous sommes arrivés dans un halo de lumière il y a quelques jours d'après lui...
Richard est sympathique...
Il parle de nombreuses fois de « Lui ». « Sa présence » est toujours là...
La ville est belle, avec des représentants de toutes les races... orques, elfes noirs, hobbits, nains... elfe noir et elfe normal sont aussi ensemble... La ville s'appelle Promesse. La plupart des gens regardent Sigmund, intrigués.
Devant le temple, une très grosse statue, elle représente un dragon d'or.
Nous sommes installés dans une maison à proximité du temple. Bien. Vraiment bien.
Nous visitons les lieux...
Sigmund se connecte avec l'endroit, Arthur doit être émerveillé par les possibilités de l'art dans cette cité... Je profite de la plage, tentant d'inviter aussi des gens pour faire la fête le soir.
Mais nous sommes convoqués devant le temple.
Un dragon d'or a tout sacrifié pour devenir gardien sacré...
Mendrak, s'appelle-t-il. Il en a eu assez de l'humanité. Il a décidé de mener une expérience, la glorieuse entreprise, pour transformer la race humaine. Nous pourrions être amenés à rester dans son paradis si nous le désirons et passer une épreuve. Si nous refusons, le seul qui aurait une chance de recommencer serait Sigmund.
Sacré Sigmund, il nous confie que la couronne pourrait aller à sa mère, vu qu'elle est de sang royal...
Mendrak nous confie que le père de Sigmund semble avoir un objectif... mais lequel ? Il apparait aussi que l'origine draconique de Sigmund est plus liée aux dragons mauvais... Hum, un compagnon avec une source provenant des dragons mauvais et un autre avec une compagne succube. Je suis bien entouré.
Bref, nous apprenons que le père de Sigmund est un peu devin sur les bords...
Il y a une prophétie nous affirme. Quand le magisterium prédit sa prophétie, une entité supérieure mécontente (Asmodée) leur fit la chasse, certains, sentant qu'ils ne pourraient lui échapper, firent des pactes et des alliances contre-nature, tentèrent de voyager dans le temps ou de mourir pour mieux renaître.
Chacun des dix prophètes a envisagé des solutions diverses.
L'espoir qui allait naître a été libéré le même jour que Namtar...
Est-ce que le Dragon d'Or est l'espoir dans le chaos ?
Pendant le temps en Ombre-Terre et sur l'île, la guerre a débuté aux frontières Nord, au Nirmathas, les peaux vertes submergent les contrées...
L'image du Molthune a changé, des groupes armés s'organisent en Nidal. Une peste handicape les troupes. En Nirmathas, c'est la même chose.
Mendrak nous offre deux choix : aller en Molthune ou en Kyonin. Je penche pour la seconde solution, là-bas, je pourrai contacter maître Gal et puis nous serons débarrassés du fardeau du transport de cette couronne, nous pourrons également plaider pour que les elfes interviennent dans le chaos qui arrive.
Les autres finissent par pencher comme moi et je sens que Sigmund a vraiment envie que sa mère porte la couronne. Pourquoi pas ? Plus d'elfes acquiéront le savoir ancestral des elfes, moins celui-ci risquera de se perdre. Je m'étonne un peu de la raison pour laquelle sa mère aurait été détachée de la lignée royale et aurait eu un enfant avec un humain. Mais l'heure n'est pas à ce genre de questions.
Nous passons la porte et arrivons au pays merveilleux de Kyonin.
Je contacte maître Gal pour l'informer rapidement de la situation et du fait qu'il y ait un traitre dans le rang de l'Eglise de Iomedae.
Il m'apprend qu'Andoran est attaqué, le dit traitre dirigeant l'assaut...

Vient le chaos, viennent les cendres... Quel est l'espoir, quelle est la lumière au cœur des ténèbres qui s'étendent ?
Je ceins l'anneau et la cape que j'ai trouvés sur les cadavres d'elfes noirs. Mes compagnons eux aussi ont trouvé des objets.
Je pense à la prêtresse elfe noire qui n'était pas dans les cadavres, en Ombre-Terre et qui portera peut-être mon enfant.
Me vient un goût de cendre, amer, dans la bouche.
Je crache. Pas de sang. Pas encore.
Mais il y en aura bientôt. Pour sûr.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire