mercredi 15 février 2012

Passèrent des longs mois de brume et de couleurs...



Le temps passe...
Je suis pris sous la houlette de Maître Gal lorsque je reviens à la capitale... Du maître et de ses trois assistants. C'est principalement l'un d'entre-eux, Ben, qui m'accompagne souvent. Auprès de lui, j'apprends un peu la vie des auberges et à utiliser l'humour. L'humour noir. Il paraît que c'est la politesse du désespoir. Je ne suis pas désespéré. J'ai souffert neuf mois dans les geôles du Chéliax mais qui est venu me chercher ?
Ma déesse.
Qui ai-je pu avoir l'occasion d'apercevoir quelques fois ?
Ma déesse.
Alors, ai-je des raisons d'être si malheureux que ça ?
Reste le désir de vengeance. Mais évidemment la faute nous incombe du point de vue des Dieux...
Dussé-je tuer tous mes bourreaux, serai-je pour autant libéré ?
Non bien sûr.
Ma rage se redirige vers mon incompétence... J'étais prisonnier. Enchaîné. Et chaque jour que Dieu fait j'ai essayé de m'échapper. C'est ne pas savoir me battre sans armure, ne pas maîtriser les techniques du combat au corps à corps qui m'ont perdu.
Je demande à aller dans un monastère, apprendre l'art des moines.
Je demande à aller voir mon père à Absalom pour lui apprendre la vérité sur sa fille... Il ne sait pas qu'elle est maudite comme moi, il ne sait pas que je suis vivant. Je pars avec Ben. Mon père s'est remarié avec Aria, une demi-elfe... Il a eu un enfant, Kalan, 12 ans... Demi-elfe lui aussi... Un petit frère qui semble vouloir prendre le chemin de la mer et de l'exploration.
Peut-être lui écrirai-je maintenant.
Le temple, mon père me pardonnent.
C'est plus dur pour Nessa. Beaucoup plus dur mais qu'y pouvais-je ? Que pouvais-je faire ?
Savoir me battre, sans armes. Etre aussi fort que mes geôliers.
Et puis il y a ce problème avec mon imposition des mains. Elle ne marche plus. Elle ne marche plus que pour moi. Et j'ai peur qu'elle ne fasse rien contre les morts-vivants également.
Asmodée a laissé sa marque.
Je suis à nouveau convoqué à Absalom, par ma déesse elle-même, très généreuse qui me permet d'assister à une réunion au sommet entre Sarenrae, Gozreh et cette raclure d'Asmodée... Oui, je sais, je ne devrais pas parler comme ça. Mais je ne peux concevoir que le mal soit nécessaire... Le monde se porterait mieux sans lui.
Au final, tout petit spectateur de ce que disent les dieux, j'apprends qu'Asmodée a commis un impair en tuant les membres du Magister, les seuls qui auraient pu être au courant de la manière de libérer Rovagug ou ses enfants, et donc aussi de les renfermer. Les seuls qui auraient sur comment « retrouver » les enfants de Rovagug qui échappent à la perception des Dieux...
Celui qui a été libéré par nous s'appelle Namtar. Les dieux pensent qu'elle est peut-être derrière ces armées orques qui se fédèrent dans le Nord. Que la grande croisade que nous allons lancer est pour cela...
Je plaide aussi la cause de Jorus auprès de Gozreh. Pourquoi punir les mortels qui ne savaient pas ? Quel exemple montre le bien en comparaison de la neutralité ou du mal ? Qui a des chances de former de meilleurs héros ? La vertu est plus forte que la peur. Punir ne renforce pas forcément. Cela rend enragé et n'aide pas à survivre...
Merci à ma Déesse de m'avoir permis de vivre ça, vraiment merci.
Maître Gal qui m'a beaucoup appris est néanmoins très inquiet, comme si le conflit au devant duquel nous allons aller en Molthune pour affronter les orques n'était pas notre seul problème...
Maître Gal est d'ailleurs si inquiet et qu'il me donne un anneau pour communiquer avec lui après que je sois retourné de mon monastère...
Nous devons faire route vers Molthune. Notre armée de 10000 hommes se lève pour rencontrer Markwin Teldas, gouverneur impérial de Molthune...
Un chevalier un peu illuminé du nom d'Isaac m'a été confié. Maître Gal ne fera pas partie de l'expédition...
Magnifiques contrées que celles de Molthune, un pays visiblement reconstruit par la magie et adepte de certaines formes de technologie. Il y a des soldats avec arquebuses...
Sur le chemin, j'ai fait un arrêt au village du dernier rameau... pour rencontrer Zangu.
Baba Yagob massacrer son armée... d'après Zangu... Baba Yagob possédée ?
La caverne où tout s'est passé est fermée... Un esprit a possédé une chef de guerre gobelin, mais qu'est-elle devenue ensuite ?
Halte au palais de la vertu... Je tente de le rester, vertueux. Je dois dire que je suis amoureux seulement de trois femmes, dont deux sont des déesses et l'humaine continue de me détester. Il est facile de résister à la tentation.
La magie a aidé Molthune a être verdoyant encore... Nirmanthas plus au nord est tourné vers les esprits de la forêt... Les deux nations ne s'entendent pas forcément. Il y a un jeu politique ou de pouvoir qui peut s'effectuer pour faire éclater le feu aux poudres.
Des choses bizarres ressemblant à des crache-feu m'impressionnent... dans la capitale de Molthune... Canorat se trouve à la pointe de trois fleuves...
Une flotte navale possédée par le Molthune est impressionnante d'après les échos...
Le gouverneur impérial, à notre arrivée, refroidit les grands maîtres....
On doit monter un camp autour de Canorat pour les prochaines semaines... Attendre.
En baladant en ville, pour chercher des renseignements sur les trois mages qui ont érigé des tours au sud-ouest du pays, je tombe sur Arthur.
Arthur est maqué avec une certaine Helena qui a négocié sa libération... Belle femme, très avenante, très aguicheuse. Je me méfie d'elle. Non que je sois jaloux du rapport heureux qu'elle entretient avec Arthur mais il y a quelque chose qui ne me semble pas clair.
J'indique à Arthure que je veux aller aux tours des mages après lui avoir raconté le magistérium et mon envie d'aller leur poser des questions là-dessus. Peut-être que tout leur savoir n'a pas été perdu et que des grands mages sont au courant...
Le destin dénoue ses fils. Nous rencontrons alors Sigmund, au détour d'une rue... avec Arthur. Il semble avoir récupéré auprès de gens de sa famille. Il a l'air bien informé. Très informé et plutôt doué en guerre et stratégie. Ses théories sur la manière dont les nations autour de Molthune pourraient lui tomber dessus sont intéressantes. Qui sait ce que fera le Nidal lorsque les armées de Molthune ne protégeront plus les frontières qu'ils entretiennent avec ce pays maudit.
Plus tard, dans la ville de Cettigne, nous croisons Jorus.
Retrouvailles. Tous les quatre réunis. Chacun ayant subi des épreuves. J'ai gagné un compagnon, Arthur, lui, a une fiancée et Jorus s'est entiché d'une petite belette. Sigmund, lui, il a gagné de la confiance en lui, voire de l'orgueil. Mais cela ne fait pas de mal. Je suppose que d'une certaine façon tous les mages doivent être un peu orgueilleux.
Un message de Gal qui m'informe que les armées orques sont aux portes de Nirmanthas... Il est inquiet de la manière coordonnée dont avancent les orques...
Il a aussi aperçu quelques fois au temple d'Andoran la déesse inquiète... au sujet de plus que la situation en Molthune...
Nouvelles de Canorat, on signale que les neuf royaumes font converger leurs troupes aux frontières extreme nord ouest de Nirmanthas, Fort bélier...
Quelques troupes de Iomedae ont été envoyées à Eranmas... le bois des bateaux se met à pourir.
Il y a eu un clash entre le gouverneur impérial, les neuf seigneurs et les grands maîtres de Iomédae qui ne s'entendent pas sur la manière de diriger la résistance...
Nous passons une nuit agitée... Nous rêvons d'un conflit qui va prendre naissance, un feu de paille par rapport à ce qu'il y aura dans l'avenir... Ce qui va avoir lieu n'est pas que le désir ou les manipulations de Namtar...
On croise un cortège le matin... des morts. Un symbole du futur ?
Une semaine de voyage, encore, avant d'arriver aux trois tours, Thrilmsgitt... Les frères ont bâti ces tours mais personne ne les a revus depuis la construction, même s'ils ont déjà démontré leur force peu importe qui voulait traverser leur territoire...
On prétend que les sceaux des tours des mages n'ont jamais été violés...
Héléna manifeste un étrange comportement pendant mon tour de garde dont il faudra peut-être que je parle à Arthur. C'est une belle femme, une très belle femme. J'arrive à oublier les belles femmes, cela dit, en me focalisant sur les images de Sarenrae et de Iomedae... Qui pourrait rivaliser ?
Un rêve nous submerge la nuit où nous campons à l'horizon des tours, nous nous retrouvons dans une des tours avec des serviteurs, un homme s'approche de nous... et nous pose des questions : que voulez-vous ?
Une sorte de fantôme finit par apparaître et c'est un concert de prophéties plus ou moins occultes qui vont fuser en fonction de nos questions. Les conflits entre les mortels et les races primitives ne nous regardent pas (au sujet des orques) …
Une autre apparition : le chaos déferlera ou pas, nous ne bougerons pas...
Sur les enfants de Rovagug : à la base, ils étaient dix, chacun était un choisi, maintenant ils ne sont plus et pourtant ils sont toujours là...
Namtar est son nom...
Tous les rejetons sont prisonniers....
L'avenir est écrit mais pour Namtar, il n'est pas encore accompli...
La guerre survivra à l'arrivée de Namtar, là où les ténèbres apparaîtront, la lumière survivra...
La lumière de l'espoir... ?
Dix prophètes du Magisterium : Quand le seigneur des ténèbres les supprima, une partie de leur œuvre leur survécut...
Leur prophétie leur a survécu car partagée dans le temps...
L'avenir n'est pas écrit mais la guerre en Molthune n'est qu'un prémisse d'un plus vaste plan...
Quelque chose d'autre se joue.
Sur Asmodée : Le dieu des Ténèbres cherche un autre but....
Sur Daregon : il n'est pas mort, du moins spirituellement...
Sur la situatiuon politique : Jamais le Molthune ne s'alliera au Nirmathas...

Une étincelle est en train d'allumer le feu aux poudres...
Toutes les frontières du Molthune devraient être protégées selon moi.
Mais je ne suis pas responsable des décisions que prendra mon ordre...
Et je n'ai pas envie de participer à une guerre de toutes les manières inutiles, si ce n'est peut-être le fait d'éliminer une menace sans que nous ne perdions trop de nos troupes qui seraient plus utiles dans un conflit de plus grande importance...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire