vendredi 10 février 2012

Dans les geôles de Chéliax...


Dans les geôles de Chéliax...
Il est temps de passer à la première personne Ariel... Il est temps de te souvenir et de raconter les choses telles que tu les as vécues...
Et peut-être aussi de révéler ton secret avec ceux qui auront partagé plus de douleur avec toi que jamais aucune personne ne pourra partager.
Dans les larmes et le sang.
Dans l'abime de la folie coulent des cendres, derniers brasiers des vestiges de la raison.

Je reprends mes esprits...
La vieille est au même niveau que moi et mes compagnons. J'ai un mors dans la bouche... Mes vêtements ne sont plus que des quenilles...
Aerin a vraiment, vraiment été torturé. Les coups qu'il a reçus me font plus mal que ceux que je recevrai.
Les bourreaux ont des masques de cuir... leur donnant presque une apparence démoniaque. Aerin balbutie, divague, sans sens...
Pourquoi nous torturent-t-il ? Dit Aerin...
J'aperçois des chevaliers infernaux, les protecteurs du Chéliax, de sombres inquisiteurs de leur capitale noire, Egorian...
Je suis emmenée comme mes compagnons, on reçoit des coups de fouet administrés par les boureaux aux masques de cuir... le ventre allongé, je ronge mon frein... Je repense à Arielle, ma sœur, à Naeva, ma mère... aux heures joyeuses dans ce village elfe où je fus élevée, proche de la nature... Puis je suis ramené à l'exploration périlleuse de ce tumulus à quelques centaines de mètres du village, dévoilé par un tremblement de terre. A l'intérieur, nous pénétrons ma sœur et moi et nous trouvons deux objets sur le cadavre d'un ancien, un casque et une ceinture. Ma sœur met le casque et aussitôt quelque chose se passe, une lumière rouge dans ses yeux, sa voix se met à gronder comme l'orage, mets la ceinture rigole la créature qui a pris possession de ma sœur, mets-là... je la mets et je deviens qui je suis... Une autre secousse dans la terre, des rochers qui tombent, je fuis... Peut-être que ma sœur s'est fait écraser ou peut-être pas... C'est une horde de morts-vivants qui se lèvent alors de terre et qui ravage le village de ma mère ne laissant qu'un ranger hagard, un demi-elfe du nom de Jonas qui balbutiait que j'étais à la tête des morts-vivants, il me prenait pour ma sœur... Je fuis jusqu'en Andoran pour retrouver mon père et je n'ai pas le courage de lui avouer la vérité... Il a toujours préféré ma sœur, je deviens ma sœur aux yeux de tous et rentre dans le temple de Iomedae, sur un mensonge, avec pour vocation de me former pour chasser les morts-vivants et retrouver qui a possédé ma sœur, la libérer un jour de l'emprise du démon...
La salle de torture, je n'arrive plus à m'évader, la douleur...
Nous sommes ensuite réunis dans une pièce, on nous enlève notre mors...
Un bassin se trouve dans une pièce nue et austère, un homme qu'on qualifiera de classe ou charismatique, cheveux longs, noir, habillé tout en noir, donne des ordres aux bourreaux...
L'homme exécute les directives de son maître. On nous descend dans une cour carrée, vers un bassin... On nous met des sacs en toile sur la tête... mouillés pour nous donner la sensation de suffocation et de noyade lorsque l'eau arrive au niveau du sac... Les coups de fouet et la noyade, les coups de fouet et la noyade... pendant des jours, des semaines et des mois...

Mes souvenirs s'embrument. On nous donne du pain rassis et de l'eau croupie...
Les monstres continuent à nous torturer...
J'aperçois à nouveau la femme qui regardait Arthur souffrir au début...
L'homme classe revient... il s'adresse à un des chevaliers infernaux : continuez à ce rythme, le Haut Seigneur a dit qu'il ne viendrait que demain...
On n'a pas conscience que le temps passe en Chéliax...
Les cris, les coups de fouet, la noyade, c'est déjà l'anti-chambre de l'enfer... sans compter les odeurs de sang, de merde et de vomi...
Des questions commencent à nous assaillir...

L'envie de m'évader, avec savoir qui est la créature qui est sortie et ce qui est arrivé au village me submergent et aussi, comment a-t-on été capturé et pourquoi ?
C'est idiot. Sans raison...
Les pensées qui nous assaillent nous feront revivre des bribes du passé...
Que s'est-il passé entre temps ?
La femme d'une extrême beauté, le désir sexuel le plus fort de chacun de nous, apparaît. On est semi-inconscient, subjugué... L'aura qui en sort est un mal majeur ce qui est d'autant plus troublant quand on constate sa beauté... Elle renvoit l'image de ce que j'aurais voulu être si je n'avais pas été ici...
Au siège du conseil des paladins, chevauchant dans la plaine, nettoyant l'endroit où ma mère et ma sœur sont mortes...
Jorus voit une licone, un symbole de la protection et d'avertissement... Elle le charge, lui fonce dessus, l'empale... Sa corne après être passé à travers Jorus est ensanglantée comme s'il avait du mal à Dame Nature... Il se sent sanctionné par la nature...
Sigmund, lui entend des voix, comme des serpents qui sifflent... il comprend ce que les voix lui disent, c'est propre à lui.
Arthur a une étrange sensation avec une femme dans ses rêves qui emplit ses souvenirs, un incident malheureux, une grande colère qui le submerge. Il se voit ressortir de la mer avec son corps dans les bras, il maudit le destin de l'avoir laissé survivre alors que elle, elle est morte. Avec son épée, il massacre dans des longs couloirs tout ce qu'il rencontre, jusqu'à arriver à un homme dont il se venge... Il tue même la femme de l'homme qu'il vient d'assassiner... Son bras s'arrête devant le regard d'une enfant...
Je revois juste la fin de ma sœur et le massacre de mon village...
Puis nous revoyons le village du dernier rameau, envahi par les troupes du Chéliax, la plupart des gens sont embrochés, écartelés... Un peu comme si on était des oiseaux survolant la scène, on aperçoit aussi de nombreux cadavres de gobelins rougissant de leur sang la plaine et la forêt... Les morts sont partout.
Au milieu des chevaliers noirs, un homme ressemblant au « monsieur classe » aperçu dans le château semble donner des ordres, il faut exécuter sans distinction qui que ce soit...
Un chevalier s'adresse à « monsieur classe » comme étant « maître Bélial » et indique que les seules personnes retrouvées sont nous... Il n'y a pas Daregon, ni les rangers...
Le village est ensuite incendié pour nous ramener en Chéliax, avec Bélial à leur tête qui est impatient que son maître puisse nous voir...
De Charybde en plus que Scylla...

On reprend conscience, tour à tour... Une femme en haillons essaie de soigner nos blessures et de nous donner à boire... Elle vaque de cellule en cellule. C'est la vieille aperçue quelques jours plus tôt...
Un par un, nous sommes sortis de notre cellule... et remontés vers une grande pièce où nous sommes enchainés à un anneau de métal au sol.
Un grand fauteuil en pierre se tient en face de nous...
J'enlève mon mors... Je sens le mal approcher...
Une femme brune, magnifique, au port altier... passe, et s'installe sur le trône...
Une autre présence arrive...
Sigmund s'adresse à la femme en infernal...
Daregon arrive alors... On apprend alors qu'on parle à la souveraine du Chéliax, Abrogail 2...
Daregon suggère à la reine qu'on ne nous écoute pas... La discussion est stérile... Impossible de s'entendre sur la nature de ce qu'on a fait...
Entre ensuite Bélial... Il fait signe de congédier la reine... Il se tourne vers Daregon, le relève... et le fait brûler comme une torche vivante...
La pièce s'efface... Je me retrouve en Isker. Bélial fait apparaître le village de ma naissance à l'époque où tout le monde était vivant. Puis ensuite je vois le village du dernier rameau... Je vois aussi Andoran, mon temple... Je vois aussi Nessa, la prêtresse dont je suis amoureux. Bélial s'estompe dans les visions, à un croisement entre les quatre routes différentes... Choisis, et choisis bien... Je choisis mon village, là où tout a commencé...
C'est pareil pour les autres avec leurs démons...
L'image autour de chacun s'estompe...
Nous ne sommes que quatre... Il n'y a pas Aerin... Le ciel est couchant... Nous avons fait notre choix, découvrons les conséquences de notre choix... On voit aussi une ville embrasée, que reste-t-il d'Andoran ? Le temps, la ruine, la guerre sont passés... En Andoran, tout est rouge dans le ciel... Les maisons sont détruites, les arbres semblent mourir sur place... Quand on sort d'Andoran, tout respire mort et pourriture... Par endroit, il y a des camps de fortune avec les statues des anciens Dieux à moitié brisées... Le temple de Iomadae est en ruines...
Bélial nous montre les conséquences de notre choix : un monde anarchique, chaotique...
Il tente de nous faire comprendre que la force qui a été libérée va provoquer toutes les visions qu'on a...
Même les ruines des aztlans sont détruites...
On est dans la capitale. On voit un élémentaire de feu arriver vers nous... Une barrière nous entoure, de feu, nous oblige à affronter la chose...
Je meurs, puis Jorus, Arthur et Sigmund finissent aussi par crever...
Un truc encore plus gros que le géant le pulvérise ensuite alors que nous rendons l'âme...
Nous reprenons conscience, enchaînés dans la cellule... En face de nous Bélial est agenouillé devant un autre homme, encore pire...
L'attitude de Bélial mélange crainte et respect... Dans un nuage de souffre, Bélial disparaît... Dans les yeux de l'homme, le feu brûle. Celui des enfers...
Il descend de son siège, il flotte presque dans les airs... m'enlève ma ceinture... et dévoile à tous mon secret... Je suis un homme transformé en femme depuis si longtemps par cette fichue ceinture trouvé dans le tombeau où ma sœur a été ensevelie...
Il s'adresse à nous. Je pourrais vous détruire d'une seule pensée. Malheureusement, les responsables de la catastrophe sont les seuls à pouvoir la régler...
Il pose la main sur la tête de chacun d'entre-nous. Une chose s'insère en nous... On hurle de douleur. La corruption démoniaque rentre en nous... Il ne sera dit que si je ne peux pas vous tuer, vous ne serez pas mes marionnettees...
Une énergie démoniaque nous investit...
Le symbole d'Asmodée sur l'omoplate... Oui Asmodée en personne s'est dérangé pour nous, ivre de colère que ce qu'il avait enfermés avec deux autres dieux ait pu s'échapper.
On sera ensuite torturés chacun de notre côté... Et la femme très jolie qui s'intéresse au sort d'Arthur vient un jour dans les cellules, s'arrête devant la sienne. Un chevalier infernal assomme Arthur et ils partent tous ensembles. Avant de partir, la femme prononce ces mots :
- La mise à prix disait mort ou vif...
Ensuite, c'est Sigmund qui est emporté par une jolie fille qui pourrait être sa mère... Tout est si trouble...
Puis Jorus est emporté par un halo de lumière...
Pour finir, après plusieurs mois d'emprisonnement, Aerin meurt, victime de ses geoliers... Je passe plusieurs semaines seules, sans comprendre, avec juste la foi pour me tenir et les visites de la vieille de temps en temps... Puis, un beau jour, je suis sorti des geôles et emmené aux portes de la cité oùse trouve Iomedae et une armée de son ordre...
Une femme a disparu du temple, un homme réapparait...
J'ai toujours la foi, mais elle est teintée de rouge. Je ne sais pas où mes compagnons ont disparu...
Parfois, la nuit, je rêve que je suis ma sœur, que je redeviens une femme... C'était peut-être plus simple en étant une femme, les tentations étaient moins grandes...
Je ne peux m'empêcher de m'enlever de la tête après tous ces mois d'horreur le visage de Iomedae... Ma déesse est en fait tout ce que je pourrais désirer, quelle femme pourrait rivaliser avec cela ?
Même Nessa que j'aime n'a plus la même lumière dans mon cœur. Je crois qu'elle me déteste pour ne pas avoir protégé Aerin comme elle me l'avait demandé et il faut aussi croire que tous s'étaient habitués à ce que je sois une femme...
J'ai comme ce désir secret de pouvoir redevenir à volonté cette femme que j'ai été si longtemps, pas toujours, pas tout le temps, mais je me dis que les choses seraient plus justes si je pouvais partager mon temps...
J'ai aussi fait le point... Dois-je seulement suivre la voie du paladin ?
Je vais demander à me retirer dans un monastère quelque temps...
Pas longtemps... Gozreh, Asmodée et Sarenrae ont besoin de moi et mes compagnons...
Pas longtemps... je veux avoir encore la chance d'apercevoir Iomedae...
Peut-être devrai-je lui demander si je dois me consacrer entièrement à ma voie dans la quête que nous allons mener ?
Je vais prier...
Je vais prier.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire