jeudi 26 avril 2012

Gnome / Pas gnome.


La nuit est propice. Je découvre les mystères. L'intelligence remarquable du corps que j'habite lui permet d'avoir des possibilités incroyables. Le nombre de sorts dans le grimoire, les schémas de pensée qui s'ordonnent, l'arrivée de son familier, un petit singe carcajou.
Je frémis. Je frémis vraiment.
La clé est la magie. Bien sûr. La magie.
Tout est dans tout, mais plus encore la magie.
Je ne peux m'empêcher de frémir... Les royaumes offerts par les mystères de la magie profane ou religieuse. Peut-être qu'en étant un magicien, j'aurais plus séduit la reine. Enfin séduit. Plu.
Si j'avais à mener ma vie différemment, peut-être que c'est ça que j'aurais fait. Peut-être.
Peut-être qu'il existe un héritage dans mon corps, d'ailleurs.
Mon corps, le paladin, n'a pas le potentiel pour être mage. Mais l'héritage... c'est différent. De manière innée, maîtriser de quoi manifester la magie du changement. Femme à nouveau, je ressens cette pulsion. Ce désir. Etre femme ou homme selon mon envie. La vie était plus simple quand j'étais une femme.
Animus / Anima.
Redevenant une femme, je réunirais ma famille. Ma sœur et moi.
Nous partons enfin dans les bois pendant que la ranger Ava va se renseigner sur nos corps et ce qui leur est arrivé à la capitale elfe...
La balade est chouette, détendue, propice à la découverte de nombreuses plantes dans la forêt, des qui se mâchent, se fument ou se boivent.
Nous découvrons la cabane de Léo Bourre-Bis, le propriétaire du Bric à Broc. Il nous dit qu'il risque d'y avoir un problème avec le moteur... Plein de théories fusent. Des possibles enfants de l'IGS 4000. Le vieux Xit avait créé un concept novateur, des modules indépendants complémentaires...
Sigmund semble avoir encore quelques éclairs de génie, la description que Léo nous fait du module lui fait penser que la machine pourrait être habitée par une intelligence, celle du vieux Xit...
Lorsque l'IGS 4000 pointe le bout de son nez pour jouer, courir autour de la maison, je transforme Arthur et moi en brume afin d'aller enquêter à l'intérieur de la machine. Je tiens à vérifier qu'il n'y a rien d'humain dedans avant de la dégommer.
Elle n'attaque pas vraiment autre chose que des plantes, mais nous avons besoin du module contenu à l'intérieur pour réparer la machine qui a transféré nos esprits. Foudre et projectiles magiques. L'IGS s'écroule.
Une note étrange indique sur une partie de la machine : l'esprit gnome résidera toujours en moi...
On travaille sur le mécano trotteur toute la journée... Il y a des parties en dessous de lui démontables pour faire des unités autonomes...
Une femme blonde humaine vient taper à la porte et est renvoyée par Bourre-Bis... Jorus semble un peu troublé. C'est la première fois que je le vois troublé par une femme...
Le lendemain matin, il n'y a plus de mécano-trotteur.
Sigmund a demandé à ce que le mécano-trotteur soit réparé avec un nouveau modèle de gyro-chronatome. Peut-être qu'il a récupéré son autonomie.
Il maintient sa théorie selon laquelle l'esprit de Xit est à l'intérieur de la machine.
Je n'y crois pas tellement. Cela me semble impossible. Mais encore une fois... La magie peut tout. Peut-être que je rage intérieurement de m'être trompé et de voir à quel point Sigmund a toujours plus raison que moi sur les choses qui concernent les mystères.
Sur le chemin du retour, après nous avoir abandonné, Sigmund rencontre le mécano-trotteur qui est prêt à se laisser chevaucher.
On retrouve Nefi et Ava...
Ava nous explique que nos corps sont repartis de Lanara vers le Molthune... avec le faux conseiller de Iomedae : Lotgard...
Les gnomes qui sont dans nos corps vont être menés à un procès dont ils ne sortiront pas vivants.
On se fait téléporter à Ladara, et on demande audience au conseiller Avernes. Ce dernier intercède pour que nous rencontrions la reine...
La reine.Tout petit dans le corps de la gnomesse, je ne suis rien en face d'elle et il semble ridicule de lui offrir ma lame et mes services. Je sens une pulsion en moi. La justice et l'ordre seraient peut-être plus faciles à défendre pour moi si la cause que je défendais était empreinte d'une émotion plus mortelle.
Mais passons. Je raconte tout à la reine. Tout. Je crois en elle. Je crois en la Magie. Je crois en son pouvoir de décision. Je ne veux pas la laisser dans l'ombre. Même le problème personnel de Sigmund est dévoilé : le fait qu'il soit son cousin.
Il y a un moment où un chevalier doit choisir son seigneur. Et il n'y a rien de plus évident pour moi que cette femme capable peut-être un jour d'être le dernier atout du monde libre.
Décision est prise de nous téléporter en face des chevaliers de Iomedae en compagnie d'Avernes et d'un contingent de 50 elfes...
Avernes se porte en avant pour parler avec le grand maître Traman qui accompagne les chevaliers. Nous parvenons à expliquer notre problème et ce qui nous est arrivé. Lotgard en profite pour s'enfuir et se pendre dans la forêt.
Les gnomes ont été surpris par nos corps qui ont des étranges capacités à blesser plutôt que soigner. Mais ils sont ravis de participer à l'expérience. Positivement ravis. Nous actionnons la machine et l'ordre des choses reprend son droit.
Je regarde avec une certaine tendresse Aril. Je fus dans son corps près de deux semaines. Ça crée des liens. Quelque chose.
Après tout, jamais de ma vie je n'ai été dans l'intimité d'une personne de manière aussi prononcée.
Je demanderai aux gnomes la permission de revenir les visiter souvent. Il y a quelque chose de fascinant dans le monde de leurs expériences, de réjouissant, que je compte conserver en moi pour ne pas devenir cynique et désabusé.
Le grand maître Traman nous donne des nouvelles. Elles ne sont pas réjouissantes.
Iomedae a disparu. Des caves du temple ont été pillées. Maître Gal a été tué. Dans les assaillants, il y avait une personne avec des encoches de couleur sur l'avant-bras et une armure sombre. Une forme féminine, qui ressemblait à un chevalier infernal...
Cela me rappelle le chevalier que j'ai aperçu auprès d'Asmodée en Absalom et a tendance à me confirmer qu'Asmodée à dû nous mentir. Je nous sens tellement manipulés depuis le début. Même Sigmund nous manipule en ne nous disant pas qui est son père.
Traman nous conte l'histoire d'Eric Morok et de ses carnets. Il était un des premiers serviteurs de l'ordre de Iomedae. Il déserta l'ordre pendant plusieurs années et quand il revint, il avait changé. Il dépeignit l'avenir comme sombre avec des pensées hérétiques et affirma que notre ordre serait le bras armé de la destruction du monde.
Ses notes, dans un carnet, furent condamnées comme hérétiques et conservées dans le temple en Andoran... L'assaut mené en Andoran sur la capitale étaient sans doute en partie pour récupérer ce carnet. Un garde de Gal a survécu à l'assaut. Peut-être aura-t-il plus de renseignements.
Une armée de peaux vertes est mentionnée dans les carnets d'Eric, déferlant sur une contrée défendue par notre ordre, ce qui sonnerait le glas de l'ordre tel qu'il était avant. Les carnets d'Eric disent que le conflit n'est pas la finalité, c'est juste un problème sous-jacent. Ce qui va résulter de ça intéresse plus Namtar... La guerre, pour la guerre, non. La guerre qui engendre le chaos, la suspicion, la folie et les dissensions, oui.
Le chaos ourdi par Asmodée ? Est-ce que ma théorie peut tenir ?
Oui, si on considère ensuite un élu de l'ordre qui ramène ensuite tout sous le joug d'une tyrannie sans précédent.
Je soupire.
Je regarde les gnomes et Aril. La vie était plus facile quand j'étais une femme. La vie est plus facile quand on est un gnome.
Prochaine destination : le Molthune, en compagnie du grand maître Traman. Nous devons raconter ce qui est arrivé. Je dois raconter ce que j'ai dit au nom de l'ordre. Que jamais nous n'aiderions le gouvernement cynique du Molthune à écraser le Nirmanthas.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire