samedi 13 novembre 2010

Le Seigneur de l'Aube et l'Elogieux...

Des sacrifices mon oncle...
Le souflle qui emporte ceux qui n'ont pas pu voir la lumière assez longtemps.
Il est minuit.
Minuit dort, un peu allanguie.
Je regarde le rai de lumière traverser mon fidèle Klark, c'est un peu idiot d'avoir un serviteur invisible qu'on appelle Klark, mais que veux-tu.
Le rai de lumière se distord, se transforme en milliards de goutelettes de couleur qui dessinent d'étranges volutes sur le dos de minuit et mon bras droit.
Peut-être est-ce la marque de la magie du mage-feu...

Je pleure. Une larme. Une seule. Qui s'écrase lentement sur les mots que je t'écris. Une tache, là, juste sur le mot magie.
Une écume amère remonte à la surface de tous ces mots que je n'ai su dire.
"Tu es la clé". ai-je entendu ces dernières semaines.
"Tu es la clé parce que tu es la cohésion du groupe". A répété Rayan.
Et au final, quoi ?

Nous avons eu en quelques jours la disparition de Varasq, assassiné par un sbire d'Elkrin, pas tout à fait entièrement gagné à la cause de l'élogieux.
Nous avons eu Alice qui s'est sacrifié pour nous sauver et dont le corps a été transporté, j'en suis sûr, pour l'instant vers d'autres sphères.
Nous avons eu cette déchirure de Selaque, devenue une autre femme avec cet amour perdu.
Nous avons eu Célestiel qui a sombré, victime des chants insidieux de l'élogieux.

Tu voudrais que je te raconte l'histoire dans l'ordre, n'est-ce pas mon oncle ?
Tu voudrais ?

Eh bien je ne peux pas.
Je ne peux que rassembler ici et là toute la folie des derniers jours.
Je ne peux que me souvenir de Selaque priant dans les bois, de Célestiel parti sur une étrange pente de laquelle je ne pouvais le remonter.
Je ne peux que me souvenir encore de la mort de Rayan pendant le combat contre Zorkin, touché par les rayons du beholder et Selaque qui parvient à le ramener dans le corps d'une femme elfe.
Je ne peux que voir mon grand-père et des héros d'un autre temps, figés dans l'éternité, affronter la puissance gargantuesque d'un énorme dragon rouge pendant que nous luttions du mieux que nous pouvions contre un représentant de son espèce.

Mais tu veux que je me rassemble, c'est ça mon oncle ? Tu veux que je me rassemble ?
J'ai du mal sais-tu, j'ai appris des choses de ma mère que j'ai retrouvée.
Elle est d'origine aasimar.
Il n'y a point de sang de démon en elle. D'où me viennent alors ces marques ?
Pas de mon grand-père, le père de mon père.
Donc de ma grand-mère, ta soeur.
Qui était-elle ?
Qui ?
Et comment ma mère que j'ai retrouvé dans les cachots de Zorkin a-t-elle pu supporter toutes ces années enfermées ?
Elle ne m'a pas beaucoup parlé jusqu'à présent. Le choc.
Elle avait dû me voir, prisonnier de la salle de Zorkin et des plans de l'élogieux. Prisonnier en compagnie de Selaque. Mais pas de Célestiel qui avait été trompé par l'ennemi il y a cent ans et qui avait été celui qui nous avait capturé.
Qui avait été leurré, manipulé pour le servir. Qui s'était trompé de chemin.
Et qui a continué à se tromper de chemin lorsque Lathandre et l'Elogieux se sont partagés sa possession à la fin de notre aventure.
Quelle clé pouvais-je être pour ce groupe à le regarder s'en aller ?
Garresh a voulu l'occire. L'avatar de Lathandre l'a arrêté.

On a des questions encore sans réponse, mon oncle, sans réponse.
J'ai donc la sensation que la fin d'une histoire n'est pas la fin des histoires.

Zorkin est mort, vaincu par les assauts puissants de l'ensemble du groupe et le fait qu'il n'ait pas pu pendant quelques secondes nous inonder de ses rayons du fait d'une malédiction que j'avais pu lui lancer.
Pas vaincu uniquement à cause de cela, bien sûr.
Mais au cours des combats que j'ai livrés, je me suis rendu compte que je ne faisais pas le poids en n'étant pas paladin, ni mage ou prêtre aussi bon que Selaque ou Garresh (devenu ensorceleur après avoir abandonné sa prêtrise pour ramener nos compagnons à la vie).
Il me fallait ruser, sans le mage feu, sans la puissance de combat que je possédais auparavant.
Maudire, rendre idiot, abêtir, percevoir l'invisible.
Voilà la magie qui était mienne. En croisant les doigts pour que la volonté de l'adversaire faiblisse.
Maudire.
Améliorer aussi, j'aurais pu... Les moins puissants en matière de magie - Rayan en améliorant le charisme et donc la puissance magique de Garresh et mois, en abrutissant le dragon lors du combat final - on a pu donner l'occasion à Garresh de réussir sa cinquième tentative de transformer le dragon en caniche.
Il n'y a guère que les alliés de Selaque et Célestiel qui faisaient du mal à la créature de toutes les manières...
La magie qui peut prendre n'importe quelle forme pour accéder à la victoire.
Est-ce parce que j'ai compris cela qu'une douce lumière m'a baigné après notre victoire ?
Est-ce que c'est le cadeau que j'avais reçu d'Alice, une sorte de bâton de mage, qui m'a permis de mieux comprendre cette nouvelle carrière que j'embrassais ?

Je procrastine. Je parle beaucoup. Je réfléchis trop.
Dans l'absolu, il ne suffirait que de quelques mots pour résumer ce qui s'est passé.
Un être qui veut accéder au statut de Dieu en sacrifiant un représentant de toutes les races du sous-sol, de la terre et du ciel.
Un mage - Elkrin - gagné à la cause de cet être mais qui essaie de s'en détacher et qui libère quand même certains d'entre-nous.
Un elfe qui a été trompé par l'Elogieux pour capturer les représentants de toutes les races.
Le leader des quatre personnes échappées des profondeurs qui s'avère être le seigneur Varasq, rakshasha de son état et qui se fait assassiner bêtement presque sous nos yeux et de ceux de son serviteur gobelours.
Dans le complexe de Zorkin, une immense salle avec des représentants de toutes les races de la Terre.
Un final qui conduit à une confrontation avec l'être qui veut s'élever - Zorkin - ainsi que l'un de ses sbires, tyrannoeil également. Mort de Zorkin, désintégré par Garresh. Mort de Rayan ramené à la vie en elfe femelle par Selaque.
Je passe sur la manière dont le tyrannoeil s'est adressé à chacun de nous pour nous corrompre. Mais je sais qu'avec un bon contrat, signé en bonne et due forme devant des autorités responsables, j'aurais sans doute accepté mon sacrifice.
Une grotte dans laquelle se trouvent, figés dans le temps, au coeur d'un complexe où se construit un très puissant rituel, des héros du temps passé affrontant le plus terrible des dragons.
Un combat épique et final dans le présent contre un rejeton de ce dragon.
Je me dirige vers la scène figée dans le temps et me fige moi aussi avec mon grand-père, un roi ogre-mage, un barde, un hobbit, un ensorceleur kobbold et le grand dragon.
Mort du dragon gardien, transformé en caniche.
Mon grand-père et ses compagnons vainquent ensuite le terrible dragon rouge.
Apparition des avatars de Lathandre et de l'Elogieux.
Célestiel, appelé par ce dernier, et trompé finalement car il a cru qu'il avait toujours servi les ténèbres (alors que ce n'était pas le cas) et qu'il était déchiré après avoir abandonné son amour pour Selaque, passe du côté des ténèbres.
Les récompenses des héros.
Rayan retrouve sa famille et son corps d'humain. Famille qu'il avait abandonnée pour ramener Selaque à la vie.
Garresh devient roi des ogres-mages et pourrait prétendre à gagner un statut plus divin en servant au plus près Lathandre mais choisit de rester parmi les mortels. Il a encore beaucoup de choses à faire, dont armer des mercenaires ogres pour lutter contre le Thay.
Selaque retrouve peut-être la paix et sans doute l'amour indéfectible de sa fille.
Je récupère le feu argent et le mage feu. J'ai ma mère qui ne sait quel sang étrange a coulé dans les veines de la femme de mon grand-père paternel pour expliquer les stygmates que je possède et que ne possédais pas apparemment mon père. Je récupére tout ça et je deviens quoi ?

Quatre Dieux. Quatre quarts. Et tout ne m'est pas encore expliqué.
Gond m'accompagne pour créer.
Tyr était le chemin du père et restera une voie acceptable si je peux regagner un statut de paladin - mage.
Sunie a béni cette union avec Minuit.
Mystra, elle, est la seule qui se soit vraiment adressée à moi. Et si c'est la seule, c'est bien la clé. Et si je ne devais servir qu'un Dieu, ça serait finalement elle.
Lathandre est le seul qui ait manifesté un avatar.
Cinq dieux ?
Cinq directions ? Le feu, l'air, la terre, l'eau et l'ether ? Ou La force, l'intelligence, l'amour, l'aube et l'illumination ?
Mon corps s'est couvert d'autres tatouages. Il restait de la place.
Lathandre a rejoint les quatre autres. Le feu qui brille dans mes mains, dans mon regard et qui renvoie l'éclat de la lune est celui de la forge, de la justice, de l'amour, de la magie et du renouveau.
Du renouveau d'une nouvelle aube... Et de toutes ces questions qui restent...

Et si il y avait un moyen de récupérer Célestiel ?
Quels sont les futurs plans de l'Elogieux ?
Quelles armées les puissances du Thay voisins sont capables de lever pour attaquer les Vaux ?
Qui es-tu mon oncle ? Qui est ma grand-mère ?
Quelles légendes racontera Rayan ?
Combien d'ogres deviendront les serviteurs de Tempus et de Lathandre dans le royaume de Garresh ?
Quelles aventures reste-t-il à vivre ?
Pourquoi Minuit ressemble autant à Mystra ?
Qu'est devenue Alice ?
Aaris, surnommé affectueusement LGM (le grand mage), m'aidera-t-il à la retrouver ?
Quelles menaces les ménestrels, que nous servons à nouveau, vont affronter ?

Klark s'écarte de la fenêtre. Minuit se retourne dans le lit. Ses lèvres rouge carmin dessinent un sourire... Dans la fossette au coin de son visage, je vois une vallée, promesse de tous les charmes et fruits de la félicité.
Il serait si simple d'être là. Posé.
Mais on ne donne pas le mage feu, on ne fait pas revenir des héros, on n'empêche pas quelqu'un de devenir un Dieu pour juste rester endormi dans une vallée.
Le vent se met à souffler.
Des mots parviennent à mes oreilles...
Parviennent-elles aux tiennes, mon oncle ?
Parce qu'elles me disent :
"- Qui es-tu ?"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire