vendredi 20 mai 2011

Ces choses qui dépassent le domaine du temps.



A côté de l'auberge de la manticore assassinée, nous revoyons Rayan et Alice qui ont fait leur petit tour en ville. Ce n'est pas évident de forger l'objet qu'on m'a demandé de forger, j'ai l'impression que nous touchons à une étrange prophétie sur un Dieu mort et que le moment où je vais finir mon rituel, je créerai un canal qui sera à même de concrétiser quelque chose ourdi par des êtres bien plus puissants que nous.
J'aime bien l'endroit pourtant, c'est la forge de Clavio Kalounec, remise à son assistant, un demi-nain du nom d'Albert. Il connaît toutes les personnes importantes de la ville et nous donne des informations sur Norphym le mage qui a vendu les cristaux à Guzundul... Un type louche d'après lui.
Ensemble, maintenant que la base de l'objet à forger est créée, nous nous rendons chez la serveuse qui a été touchée par les spores à l'auberge du Grand Serpent. Je préfère éviter de parler du moment où Elias m'a possédé chez Albert pour demander à chacun d'entre-nous laquelle des lames pourrait investir le corps de chacun d'entre-nous, histoire de nous ramener au Sanctuaire de Chutes de la Dague... Des corps ici, des corps là-haut et des esprits je ne sais où pour faire le lien pendant le temps des troubles...
Elias... pour Alice... La Chance pour Garresh... Glimaen pour Rayan... Klito pour Mandrague... Ariton pour Nadra...
Je préfère ne pas me poser de questions sur la manière dont j'ai pu aussi me transformer en elfe chez Albert. C'est assez bizarre de se dire que je peux être à la fois un humain, un elfe, un aasimar ou la dernière chose qui tiendrait du dabus ou du diable.
Je repense aussi à Nepher, un garde amical qui nous a gentiment renseigné alors que nous étions chez Albert. J'ai vu un truc sur Nepher, dans son fil de vie tissés aux nôtres mais je n'ai pas bien su l'interpréter. Il me semble que c'est lié à ceux qui seront peut-être à notre poursuite ou qu'il y a quelque chose qui rencontre le destin de l'un d'entre-nous pour donner la vie. Une de nos femmes, mais elles sont peu nombreuses dans les Lames.
A la ferme de la pauvre serveuse, c'est le corps de la petite Clémence, sœur de Khan qui me trouble. C'est difficile de voir ces corps tués par la mutante qu'est devenue la serveuse. Je m'occupe de Khan, le jeune frère, le seul survivant, pendant que les trois autres retrouvent la mère et qu'Alice invoque le sort de mort qui lui a été conféré par Mystra.
Brouik brouik fait un peu des siennes, j'accompagne Alice pour découvrir un trésor, une cachette Zhent contenant 613 pièces d'or que nous volons pour les donner à Brouik, le début de sa fortune. Alice trouve intelligent de laisser un mot sur les lames de l'aube à l'endroit de la cache.
Les gardes sont assez heureux qu'on ait résolu cette affaire de monstres, nous officions sur les dépouilles de la famille de la serveuse avant de nous rendre à l'auberge de la Manticore assassinée...
Je préfère passer notre idée d'aller essayer de chasser le monstre voleur de cœurs après que nous soyons tombés sur une victime fraîche. Impossible, de nuit, de penser - ou suivre - une piste sérieuse concernant un monstre volant et invisible. Garresh a d'ailleurs fait remarquer à juste titre qu'on ferait bien de se renseigner là-dessus.
A la Manticore assassinée, l'aubergiste, un certain Frr, un borgne cachant son œil crevé avec une mèche noire plaquée m'amuse un peu. Je lui devine des capacités psioniques, mais passons encore... ces choses de l'Esprit ne plaisent pas à tout le monde et, rapidement, je sais que je n'aurai pas forcément accès au repertoire de tout mon talent. Et puis tout ce que je devine chez les gens ne fait pas objet toujours d'une volonté de les initier à un art que de toutes les manières je ne suis pas sûr de bien comprendre.
L'ambiance bat son plein dans l'auberge, il y a une danse des couilles hobbit à une des tables (si je vous jure...) avec une spécialité qu'ils appellent du Limousin, peut-être les trois couilles de l'un d'entre-eux. Garresh devra s'occuper d'une torsion de testicules dans la soirée, l'ambiance est plus que festive. On apprend que sur les 3 % qui restent de non humains à Arabel, en fait un tiers sont hobbits, l'autre tiers sans doute nains et que le dernier 1 % est composé essentiellement d'elfes ou de gnomes avec quelques demi-ogres qui font bonne figure et parait-il un ou deux ogres. Il faudra que j'en parle à Garresh, tiens.
Il y a deux mages dans l'auberge. La conversation avec Norphym, le mage gris, se finit sur la téléportation de ce dernier lorsqu'il se rend compte qu'on est remonté jusqu'à lui. Il voulait en effet pourrir le commerce de cristaux de la ville et c'est simplement la très haute capacité de charme-personne d'Alice qui a permis de passer les enchantements placés sur le revendeur de cristaux explosifs. Nul doute que nous recroiserons à nouveau le chemin de ce mage funeste.
Nous parlons ensuitre avec Vildégond, mage rouge... du guet... qui se trouve sans doute être Myschanta la mage altératrice de 14ème cercle la ville qui aime à prendre une identité masculine...
Nous apprenons que Vildégond s'intéresse à ce qui se passe en ville au sujet de disparitions de voyageurs dont le plus grand nombre s'est passé à La Strige Rouge, L'épée rouge et L'arc courbé...
Rendez-vous est donné le lendemain chez le « maître de Vildégond », Myschanta. Nous n'avons pas l'occasion de rencontrer cette dernière mais il apparaît clair pour lui (elle?) que le monstre tueur est un Peryton et que l'arme du crime serait éventuellement une lance fabriquée autrefois à Eau Profonde pour le compte d'un seigneur vampire. Vildégond nous remet un parchemin de téléportation qui nous permet de nous rendre vers une des deux aires possibles du couple de Perytons, ces derniers, en effet, consomment du cœur humain lorsque la femelle désire procréer.
Là-bas dans les collines qui mènent vers les RocTerres, je manque de me faire crever lorsque la femelle me saisit et me lâche en l'air. C'est Alice qui me sauve avec une chute de plume. Les deux perytons ne font pas le poids en face de mes compagnons. Nous fouillons ensuite l'antre des bêtes pour découvrir qu'elles ont tué les servants d'un seigneur vampire et le seigneur en question presque à l'insu de leur plein gré. Elles ont gardé comme captif dans une fosse un certain Médor, ; un gobelin devenu fou à lier et qui était le servant vampirique du seigneur. Une bataille a lieu entre mes trois compagnons concernant le sort du gobelin... Les deux œufs de peryton posent moins problème : il y en aura un pour Vildégond et un pour Azimer. Bref, bref, bref, nous sauvons ce gobelin pour qu'il finisse pour l'instant dans les geôles de la tour de Myschanta, comme sujet d'étude avec un maedar et d'autres bestiaux bizarres.
Comme récompense pour avoir résolu les meurtres de la ville, on nous offre l'auberge de la Strige Rouge qui a fini par fermer récemment (est-ce dû à la désertion de certains clients?).
La nuit à l'auberge est des plus étranges. Alice lance des sorts de magie sexuelle sur Garresh pour se venger de la tarte qu'elle a prise dans la gueule lors de la dispute à propos de Médor et charge Rayan de payer des putes pour rentrer dans la chambre d'un Garresh en rut (mais pas transformé en gros cochon du cul). Alice se retrouve avec deux hiatus, une peur dans un rayon de 10 mètres et une capacité à soigner dans un rayon de trois qu'elle risque à mon avis de retrouver souvent. Raul, Piotr et Jurtine les trois prostitués qui ont passé la nuit avec Garresh se sont en quelque sorte liés à Rayan, Alice et Garresh également au cours d'une soirée où des effets de magie combinés à une catastrophe dans le plan astral ont fait de ces derniers des absorbés possibles... Moi, cette même nuit, je forge l'objet. Si...
Houps, j'omets de parler de la conversation que nous avons eue avec Ulgon, le mage Zhent concernant l'échange possible d'un calice appartenant à l'église de Lathandre et d'un objet de culte de légende concernant les quatre vrais Dieux (forgé par moi). Il advient qu'un échange se fera dans deux jours. Problème, Rayan s'introduit dans la ferme des hommes d'Ulgon, seul (il a laissé Garresh retourné à l'auberge après que tous les deux aient suivi le Zhent) et vole le calice en laissant un mot du genre : « on vous a bien baisés, 2. signé Les lames de l'aube ».
Ulgon, très tôt avant l'aube se rend à l'auberge du Dragon Dansant pour discuter avec mes trois compagnons (La Tâche, lui, est en train de cuver dans une sorte de prison après une grosse bagarre et un problème de connectivité avec Mandrague). Ulgon avoue péniblement que le calice a disparu sans mentionner le mot de Rayan et c'est alors que un à un mes compagnons tombent pendant que moi aussi je suis possédé et que l'aube ne se lève pas... et que la tempête se lève... et que le silence s'éteint... et que les Dieux sont bannis de là-haut... et que le temps des troubles commence.
Dans un éclair fulgurant (on en avait eu un autre plus tôt chez Albert), Rayan reprend conscience dans le corps de Kelemvor, Garresh dans celui d'un prêtre (Bronsus ou Adon?) et Alice qui a le choix entre s'investir dans le corps d'Ulgon (seul face à tout le monde au tas) ou aller plus loin choisit la deuxième solution.
L'objet, la forge, les formes, Sang-du-Temps, Sang-de-Lune, Humain, Elfe, Dabus ou élu de la Dame, Aasimar ou Ange, tout se mélange, tout se fond, je m'absorbe moi-même. Ao s'adresse à tous les Dieux. Il n'aime pas qu'on ait volé les tablettes du Destin. Tymora descend sur Arabel, une partie de l'essence Myrkul, Talos, Bane et Tempus traverse l'objet que je viens de forger. Une larme de Talos pour Alice, une goutte de Myrkul pour Rayan, un soupçon de Bane pour moi et Talos qui éclabousse Alice et peut-être le monde.
J'entre dans l'auberge, presque pas dans mon corps, je me sens détaché, déconnecté dans un fil du temps encore un peu en retard par rapport à tous les événements, j'ai quelques minutes pour agir. En face de moi, mes compagnons écroulés et Ulgon.
Qui seront nous quand j'aurais lancé le sort permettant de vite les déplacer eux et Laura (en danger après certaines révélations de Rayan et n'importe quelle enquête approfondie sur nous)...
Qui seront nous ?
Je vais faire en sorte que nous conservions la bénédiction de Mystra. Le sort chaque jour, je ne sais pas. Mais la Sorcellerie, oui. Le sort chaque jour, sans doute su comme tout sort de sorcellerie que nous possédons.
Et pour le reste, quoi ? Seulement ce qui est en nous. Seulement ce qui est en nous, les absorbés...
Kelemvor, Adon, La Tâche, Minuit, Ulgon, Atos, Cyric, il est temps de se réveiller.
Mandrague ? Mandrague ? Où es-tu ? En bas et là-haut ? Est-ce possible seulement ?
Narda, Narda, Narda, et si je ne suis pas ce que je suis, ni elfe, ni humain, ni ces autres choses, qui est Ardan qui revient ?
Je me souviens, les dieux chutent. Tymora est là. Je suis Ardan, je dois être Ulgon pour sauver mes compagnons, je crains de ne pas avoir d'autres choix.
Quand l'aube reviendra-t-elle ?
Reviendra-t-elle un jour ?
Le sceau du chemin des 4 vrais Dieux a-t-il été forgé dans ce monde où nous n'étions pas revenus dans le passé.
Embrassez-moi ténèbres, je vous habite. Nous vous habitons. Nous sommes tous plongés en toi, emportés par la tempête qui balaie les terres des Dieux.
Ao.
Ao, qui es-tu ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire